Discours de Madame Agnès Bégusseau à l’inauguration des locaux de La Marelle, le 23 mars 2010.
dimanche 28 mars 2010
par Administrateur

LA MARELLE
INAUGURATION DES LOCAUX

23 MARS 2010
3 ALLEE DES PICARDS
Discours d’Agnès BÉGUSSEAU
Coordinatrice

Bien jouer, bien grandir

SOMMAIRE :

1.- Pourquoi le jeu ?
2.- Les caractéristiques
3.- Les enjeux
4.- Partenariat et remerciements

Préalable :

Rappel du principe universel du jeu Alinéa 1 – Article 31 de la Convention Internationale du Jeu :
« Reconnaître le jeu comme une activité essentielle des droits de l’enfant »

Tous les enfants du monde, sous toutes les latitudes, y compris dans les pays en guerre, jouent depuis l’aube des civilisations.

1- Pourquoi le Jeu ?

Indépendamment de toute considération sociale, pédagogique ou thérapeutique, le jeu occupe une place essentielle dans la construction et la vie de l’enfant.

« La plus grande importance du jeu c’est le plaisir immédiat que l’enfant en tire et se prolonge en joie de vivre » Bruno Bettelheim

2.- Les caractéristiques :

Le jeu libre : cela signifie tout simplement que la décision de jouer relève de l’initiative de l’enfant.
Gratuité du jeu : nous entendons par gratuité que nous n’utilisons pas le jeu de manière instrumentale, c'est-à-dire un jeu qui viserait des objectifs prédéterminés (pédagogiques, coercitifs ou thérapeutiques). Nous utilisons le jeu et les jouets comme médiateurs dont la finalité principale est la symbolisation. La symbolisation : c’est permettre à l’enfant de sublimer ses pulsions, ses désirs, ses craintes, ses peurs.
Le jeu structurant et l’importance du cadre et de la règle : Vous voyez dans ce local que l’ensemble des espaces a été aménagé en fonction de la nature des jeux (jeux d’exercice pour les touts petits, jeux symboliques pour les plus grands et bien évidemment jeux d’assemblage et jeux de société). Ces outils sont le support de l’action des accueillants/animateurs qui dans une position de retrait bienveillant et non dominatrice doivent faire preuve d’empathie et de bienveillance à l’égard de l’enfant. Ils sont garants du cadre posé. Le local est un contenant à la relation, structuré par des principes fondateurs afin de permettre à l’enfant de jouer en toute sécurité dans un cadre structurant.
Le jeu effectif : cela veut dire que nous organisons un temps et un espace hors de la vie quotidienne qui permet l’expression de soi mais qui serait inopérant si l’animateur/accueillant ne garantissait pas l’observation des règles (c’est l’intériorisation de la règle par expérience, par expérimentation, par découverte, par identification à l’animateur, qui va produire ces effets de structuration).

3.- Les enjeux :

Ce sont bien évidemment les enjeux de prévention, de développement de l’autonomie de l’enfant et de sa socialisation.

4.- Partenariat et remerciements :

. Partenariat : travailler ensemble à l’échelle d’un réseau de partenaires sur le quartier qui mutualisent leurs compétences. C’est un travail collectif puisque administrateurs, politiques, professionnels, associations, poursuivent une finalité commune, celle de l’autonomie et de la socialisation de l’enfant. Le projet de la Marelle est un projet magnifique et précieux, simple mais avec des objectifs ambitieux.

. Remerciements :
Nous vous remercions tous d’avoir été à nos côtés, pour créer ce lieu passerelle entre la famille et la Cité. Nous sommes des artisans du retissage du lien social, lien ô combien fragile, menacé par les difficultés économiques et financières des familles, par les difficultés de financements des projets pour assurer la pérennité de ce lieu.
Les financements sont indispensables pour permettre aux équipes sur le terrain, confrontés à un exercice difficile, celui de construire des futurs jeunes citoyens, en lien avec leur potentialité et en relation avec l’autre.
Un enfant, ne se construit pas tout seul, il a besoin de sa famille, de l’école, des lieux de loisirs, des associations, de la Marelle, pour bien grandir, ce qui suppose de le protéger des violences de la rue et de la loi du plus fort.
Il n’y a qu’une réponse à cela, c’est la culture et la rencontre avec des professionnels attentifs et structurants.
Cela suppose aussi l’implication des parents et le bonheur des enfants.
Je tiens à vous exprimer, au nom de l’équipe, toute notre reconnaissance pour avoir commencé cette aventure et j’en appelle à tous pour faire vivre ensemble ce dispositif nouveau sur le quartier afin de garantir l’accès à la responsabilité, l’éducation et la culture.

Merci de votre attention.

Agnès BEGUSSEAU - Coordinatrice